Un parc de Paris

LES BUTTES CHAUMONT

 

Le parc des Buttes Chaumont est un de mes lieux préférés à Paris. En entrant dans cet immense espace vert au centre d’une ville bruyante et animée comme Paris, on entre dans un monde entièrement nouveau et séparé du chaos de la ville. C’est un univers fantastique, les Buttes Chaumont, avec le lac au centre, les falaises de pierre, les plantes qui ne sont pas complètement taillées, le kiosque au-dessus du lac, les ponts qui traversent l’eau, et les sculptures des femmes et hommes en style romain qui apparaissent partout dans le parc. En vrai, tout me fait penser à un univers féerique. Il y a vraiment une énergie différente dans le parc qui étreint les visiteurs de Paris et les emporte dans un espace tout à fait nouveau. Les collines qui sont presque tout autour du parc aussi nous donnent l’impression qu’on n’est plus à Paris parce que dans certains endroits on ne peut plus voir les immeubles en dehors du parc. En outre, l’effet de monter et de voir la ville depuis la coupole me donne l’impression que je vois la ville de plus loin et que même si je sais que la ville est tout autour du parc, j’en suis séparée par l’atmosphère particulière du parc.

            J’adore passer mes après-midis dans ce parc où on peut profiter du soleil pour plus longtemps que dans les rues de Paris grâce aux reliefs du parc. Il n’est pas caché par les bâtiments avant même son coucher. J’aime voir tous les groupes qui s’installent sur les collines qui restent au soleil le plus longtemps. On est tous attirés par le soleil comme les lézards ou les chats. En outre, il me semble que le parc est moins fréquenté par les touristes que les autres parcs à Paris, surtout si on évite le kiosque. En vérité, je ne sais pas si les gens que je vois sont les touristes ou pas, mais ce que je veux dire est que quand je suis aux Buttes Chaumont je n’ai pas l’impression que je suis entourée par les touristes, comme il me semble quand je suis au Jardin du Luxembourg, par exemple. Là, il y a bien sûr des Parisiens mais on voit beaucoup de gens qui prennent des photos et on sent vraiment qu’on est dans un lieu touristique. Même si je ne suis pas Parisienne, j’habite à Paris et donc je n’aime pas les lieux touristiques. En disant cela, je veux clarifier que j’aime bien le Jardin de Luxembourg mais plus longtemps je reste à Paris, plus j’essaie d’éviter les touristes. 

En me promenant dans le parc je peux aussi imaginer le parc au 19e siècle quand il a été créé. Il y a des choses partout dans le parc qui évoquent ces images pour moi comme le pavillon du lac et le vieux théâtre près de l’entrée principale. Quand je regarde les gens qui se promènent, je peux facilement voir les femmes dans des robes de 19e siècle avec les hommes dans leurs costumes. Je me demande quels types de gens ont fréquenté le parc quand il s’est ouvert en 1867. Maintenant les parcs sont des endroits pour tout le monde et je me demande si c’était toujours le cas avec les Buttes Chaumont et les autres grands parcs commandés par Haussmann.

 

Écrit par Betsy Cole

La langue Française

CONNAISSEZ-VOUS LES EXPRESSIONS D’ARGOT?

 

Tout le monde au bureau sait que ce que j’aime le plus, ce sont les mots et les expressions d’argot. Dès mon arrivée en France, je demandais à tous mes amis français s’ils pourraient m’en apprendre. Ceci dit, j’avais une conversation vraiment amusante avec un ami sur les façons dont nous pouvons exprimer l’indifférence (plus ou moins comment dire “I don’t give a _____ en anglais”). Nous nous sommes installés à un restaurant libanais, et nous avons commencé avec l’expression “ça m’est égal.” En anglais, le sens de “ca m’est égal” est équivalent aux expressions telles que “Whatever works,” or “I’m ambivalent.” Pourtant, cela ne devient que plus intéressant à partir de cette expression réservée et polie. Ensuite, nous avons avancé au prochain niveau: “Je m’en fiche,” “J’en m’en fous,” et “Je m’en tape.” Le sens de ces trois expressions est généralement le même, bien qu’il y ait des petits changements de nuance par rapport à leur intensité d’indifférence. Les expressions correspondantes en anglais comprennent:  “I don’t give a damn,” I don’t give a shit,” et “I couldn’t care less.” Également, j’ai oublié de dire que sur cette liste, seulement “ca m’est égal” peut être dit à n’importe qui; toutes les expressions qui la suivent sont trop informelles, donc vous pouvez les utiliser avec vos amis, mais jamais, par exemple, avec vos profs. Finalement, nous arrivons à mon niveau préféré car je trouve que les expressions dans cette catégorie sont vraiment créatives, quoique d’une manière vulgaire. Malheureusement, je n’ai pas l’autorisation de vous expliquer les expressions à ce stade. Par conséquent, si vous voulez en savoir plus, vous devrez venir en France pour les apprendre (ou utiliser l’internet si vous avez la flemme). J’espère que ce message d’intérêt public vous a appris quelque chose de nouveau!

 

 

Écrit par Alex Sun

Stage au VWPP

ENSEIGNER L’ANGLAIS À L’UNIVERSITÉ DE PARIS 12.

 

Être animateur d’ateliers d’anglais à l’Université de Paris 12 s’avère beaucoup plus enrichissant que ce à quoi je m’attendais au début. Deux fois par semaine, j’apporte des sujets à discuter pour une conversation informelle—chacune d’une heure—ainsi que de petites leçons de grammaire de temps en temps. Bien que ce soit en fait un travail rémunéré, ces discussions en groupe sont gratuites et facultatives pour tous les étudiant(e)s qui aimeraient améliorer leur maîtrise de l’anglais hors d’un cours noté. Cette façon d’organiser des ateliers me convient bien car les Français qui viennent participer sont non seulement très enthousiastes de parler l’anglais mais contribuent également aux conversations bien animées, voire parfois profondes ou marrantes. Cependant, aider leur apprentissage tous en même temps constitue un bon défi puisque le niveau de langue parmi les étudiants varie de pouvoir parler presque couramment à avoir pas mal de difficultés. Les séances m’obligent ainsi à adapter les rencontres hebdomadaires compte tenu de leurs besoins.
 
Un grand avantage de ce boulot, c’est pour moi l’occasion de rencontrer des gens français sympas. Pendant les discussions je trouve souvent des moments où il faut expliquer un truc en français, mais en plus, quand on a fini, je reste presque toujours avec au moins un ou deux étudiants et nous continuons à bavarder plus en anglais et en français tous les deux. Puisqu’il s’agit de discussions avec des adultes—la plupart plus vieux que moi—c’est une bonne chance de travailler le français en parlant de quelque chose d’intéressant. Ce qui m’étonne davantage d’apprendre l’anglais aux Français, c’est aussi une admiration croissante que je trouve avec la linguistique, une chose qui ne m’avait jamais intéressé avant ce semestre. Ayant déjà plein d’expérience en cours de français, je connais forcément des trucs difficiles du français, mais maintenant je me mets à être bien attentif aux trucs bizarres de l’anglais.

 

 

Écrit par Dan Dennis

Avez-vous lu les classiques de la littérature?

DES ÉTUDIANTS DU VASSAR-WESLEYAN PROGRAM IN PARIS SE RASSEMBLENT EN CERCLE LITTÉRAIRE

 

Le 31 janvier 2019 cinq étudiants du Vassar-Wesleyan Program in Paris ont eu leur première réunion pour parler de la littérature en buvant du vin et en mangeant du pain et de la soupe. Tout d’abord, les membres du cercle littéraire se sont retrouvés à la maison de Catherine Uhel, une bibliophile avec plein de livres, même dans la salle de bain. Un peu plus tard, Mme. Uhel a posé la question la plus profonde de la nuit: pourquoi on garde toujours un livre? Langston Morrison, sophomore à l’Université de Wesleyan, a répondu à la question de Mme. Uhel en soulignant la phrase suivante: “Si on habite toujours avec le livre, le livre habite toujours avec vous.” Pour Morrison, les livres sont des personnages dans l’histoire de nos vies. Il résume tout cela en racontant la citation connue de Molière: “Si vous jugez le livre, le livre vous juge aussi.”

            De même, Simone John-Vanderpool (junior) à l’Université de Wesleyan dit:

“Le livre est primordial pour faire l’expérience de la lecture. Le sentiment des pages, l’odeur du papier, rendent la lecture profondément amusante. Garder un livre permet de prendre son temps avec l’histoire et de se souvenir toujours de l’expérience.”

Évidemment, tout le monde a des expériences différentes avec des livres mais, en même temps, c’est le plaisir de la lecture qui nous rejoint. Cet plaisir nous permet de discuter la littérature avec amitié et passion. Les étudiants du Vassar-Wesleyan Program se retrouveront à nouveau le 17 février pour regarder une pièce de théâtre de Jean Bellorini, intitulé « Un Instant »;  c’est une pièce adaptée d’« À la recherche du temps perdu » de Marcel Proust.  

 

Écrit par Langston Morrison

 

 

Week-end à Aix-en-Provence

Les étudiants ont pu profiter de quelques jours dans le Sud de la France.

Le premier jour, nous sommes arrivés au château La Coste et nous avons pu profité d’une balade “art et architecture.” Nous avons vu des œuvres de Tadao Ando, Louise Bourgeois, Alexander Calder… Nous avons ensuite visité une distillerie de lavande dans la ville d’Apt où nous avons pu observer le processus de création des huiles essentielles de lavande.

La fin de journée s’est déroulée dans un restaurant marocain. Voici quelques photos.

20190118_135115

Picture 1 of 6

 

Le deuxième jour, nous avons fait une visite guidée d’Aix-en-Provence le matin, une ville pleine d’histoire et d’anecdotes! Nous avons passé un week-end enrichissant et ensoleillé.

IMG_4366

Picture 1 of 6