Rennes par Olivia Dontsov

(Prises en 2017) – Photos de Rennes au crépuscule : les maisons à colombages au centre-ville; la roue vers le marché de Noël; au bord de la Vilaine.

(prise en 2017) Le “chat d’accueil”, Enzo

Prises en 2013 et en 2017) Les marches où j’ai fait semblant d’être Cosette et une photo d’elles actuellement.

            La dernière fois que j’ai vu ma mère d’accueil, j’avais des larmes dans les yeux. C’était dans la salle commune de SYA, un programme pour des lycéens qui habitent en famille d’accueil et apprennent à parler français couramment. J’avais mes valises à côté de moi, ma mère d’accueil (elle s’appelle Gisèle) portait toujours sa veste comme elle allait retourner à sa voiture après avoir dit au revoir. Je lui ai dit que je ne savais pas comment dire adieu, et elle m’a répondu :

Continue reading

Thanksgiving à Chantilly

Le vendredi 24 novembre, le VWPP a organisé son repas de Thanksgiving dans un écrin magnifique à deux pas de Paris : Chantilly.

Valérie, Niki et Jaimeson devant les bassins miroirs du domaine de Chantilly

Niki, jaimeson et Valérie dans les jardins du domaine de Chantilly

Au château de la Tour avec Clémence – notre merveilleuse guide-conférencière

Marrakech, Maroc par Elena Schultz

Cet Halloween, je suis descendue d’un avion sur le sol chaud de Marrakech pour la première fois. Oubliant le vol chaotique de Ryanair, j’étais suprêmement contente de sentir le soleil sur ma peau. Avec Séverine, Andrew et Shiv, nous avons pris un taxi de l’aéroport à notre Airbnb – c’était déjà la nuit, et après avoir laissé nos affaires dans notre appartement temporaire, nous sommes allés pour commander une pizza dans la rue dans un bâtiment qui a servi aussi de maison pour les chats dans la rue.

La vue de notre Airbnb

Le lendemain, je me suis réveillée au son des chevaux dans la rue en dessous de moi. Il faisait nuit quand nous sommes arrivés, alors quand j’ai ouvert les fenêtres, j’ai été étonnée de voir un paysage des bâtiments oranges et des commerçants qui vendaient le petit-déjeuner dans la rue. Nous nous sommes embarqués dans un tour de Marrakech ce matin, et mes yeux étaient presque trop pleins – nous avons vu des magasins, des mosquées, et la tombe de la royauté. Notre guide a parlé en plusieurs langues lors de notre visite, mais quand il a parlé en français, il a ajouté plus sur l’histoire de la ville.

La tombe du roi dans la vieille ville de Marrakech

Continue reading

Mon week-end à Bruxelles par Valérie Kerner

Bruxelles : la ville de l’union européen est une grande ville de la culture. Avant mon départ je ne savais pas si j’allais aimer Bruxelles ; mon entourage m’a dit que Bruges et Gent étaient de loin meilleure. Mais, à ma grande surprise, Bruxelles dégage une énergie particulière avec ses bâtiments et ses lieux qui sont très intéressante et que je recommande à tout le monde.

Le premier jour à Bruxelles était court. Je suis arrivée à huit heures du soir en train. J’étais fatiguée et j’avais très faim. Alors, j’ai cherché en premier de quoi me nourrir.  Je ne savais rien sur la ville et je n’ai pas étudié un plan, mais j’ai eu l’impression que tous les activités se trouve à droite de mon hôtel !

Alors, j’ai pris la direction à droite et j’ai trouvé une petite statue : le Manneken Pis ou le petit homme qui pisse (le petit homme qui pisse est une statue d’un petit homme qui pisse, très simplement).  J’ai immédiatement compris que ce petit homme représente un monument important dans la ville parce qu’il y avait autour beaucoup de touristes qui prenaient des photos. Le petit homme est très, très petit et c’est très facile de passer à côté sans à voir. Mais, c’était bien à voir, parce que selon TripAdvisor et tous les site-web similaire, c’est la meilleure attraction à Bruxelles (je ne suis pas en d’accord, mais à chacun leur propre). 

Le petit homme qui pisse

Après j’ai vu le petit homme qui pisse, j’étais intrigué par Bruxelles un petit peu plus. J’ai continué à marcher et c’était incroyable. Après quelques minutes, j’ai trouvé, par hasard, la Grande Place ; c’était juste à côté du petit homme qui pisse. Avant j’y suis allée, j’avais vu les photos de la Grande Place, mais ce n’était rien relativement à la réalité- c’était incroyable. Avec les lumières qui illuminer les bâtiments pendant la nuit avec la lune et l’architecture magnifique, c’est magnifique. Il y a eu tout le monde là aussi et l’énergie était vibrante. C’était surréelle.

La Grand-Place

Un petit peu après, j’ai marché encore et j’ai trouvé un petit restaurant italien et Belgique pour la nourriture. J’ai bu une bière blanche Belgique et c’était très bien et typique de la Belgique.

Moi avec un Hoegaarden bière

Après j’ai bu et j’ai mangé, je suis rentrée à l’hôtel et j’ai dormi- j’étais tellement fatigué.


Le deuxième jour, je suis allée au beaucoup de musées différents et j’ai marché BEAUCOUP. Premièrement, je suis allée au musée Magritte. C’est dans le Kunstberg ou Mont des Arts, le lieu avec beaucoup de musées.

Le Mont des Arts

Le musée était intéressant, parce que Magritte était un artiste intéressant et c’était un peu relevant avec mon cours de l’art à Reid Hall. Mais, je n’aimais pas les conservateurs du musée et comment tous les peintures étaient sur l’affichage ; tous les peintures ont un éclat et c’était difficile à voir les peintures. Il y a eu les problèmes avec les lumières et quelques salles étaient sales. Mais, pourtant, c’était intéressant.

Une peinture créée par Magritte

Puis, je suis allée au musée des instruments. C’est juste à côté du musée Magritte dans le mont d’arts et le bâtiment est très sympa.

Continue reading

Jenna, Paris et l’art par Jenna Docher

À Vassar je fais un double cursus en philosophie et français et j’ai depuis mon enfance une passion pour les arts plastiques. Je suis donc tellement contente de m’être inscrite dans un programme de cours avec VWPP qui inclue un cours d’histoire de l’art contemporain (les néo-avant-gardes) et un cours de philosophie de l’art (esthétique analytique) à la Sorbonne, ce qui me permet d’étudier plusieurs sujets auxquels je m’intéresse. Complètement par hasard le cours de la philo de l’art fais souvent référence aux artistes qu’on étudie dans le cours de l’histoire de l’art, puisque les artistes modernes et contemporains qui ont délibérément contesté les définitions et les frontières de « l’art » sont ceux qui pousse la philo à trouver des nouveaux moyens de la théoriser. La philo de l’art analytique (contrairement à la philo de l’art continental) s’occupe plutôt du meta-ésthetique et du rôle des théories de l’art dans la critique et dans les lois, ce qui porte des conséquences importantes pour les études des néo-avant-gardes, des minimalistes, des post-minimalistes, etc., surtout concernant la vente et l’exposition des objets d’art (comme les Ready-Mades de Duchamp ou le Brillo Box de Warhol).

Naturellement c’est fascinant d’aller aux expos et musées dans ce contexte—de voir en réel les œuvres que j’étudie dans plusieurs cours, qui sont souvent des installations. À Beaubourg (le Centre Pompidou) il y a une collection incroyable de l’art moderne et contemporain, où j’ai vu des œuvres avant-gardes, néo-avant-gardes, optico-cinétiques, minimalistes, et post-minimalistes, y compris des artistes comme Donald Judd, Tinguely, Jesus Raphael Soto, Joël Stein, Barnett Newman, et Basquiat. Il est nécessaire de voir ces œuvres en vrai, d’une part parce qu’on aperçoit beaucoup mieux les couleurs et les textures en vrai que sur un écran ou dans une reproduction, et d’autre part parce que plusieurs artistes jouaient sur les interactions entre le spectateur et l’œuvre. Par exemple, l’art optico-cinétique joue énormément sur le mécanisme biologique de l’œil humain et des effets qui se produisent quand le spectateur bouge devant l’œuvre, ou quand l’œuvre bouge dans une manière qui crée des illusions, un peu inspiré par le mécanisme du kinétoscope et du cinématographe qui font l’illusion de motion à travers de l’effet phi. Même Donald Judd, dont les œuvres sont industriels, fixes, et minimalistes, impliquait l’espace de l’exposition : les instructions d’installation pour son série Stack (dont celui de 1972 est installée au Beaubourg) était fait exprès pour rendre l’œuvre plutôt un objet ordinaire occupant le même espace du spectateur qu’un « objet d’art » éloigné du spectateur, perché sur son piédestal ou accroché au mur.

Continue reading

Saint-Germain-des-Près

Devant le porche de l’Église Saint-Germain-des-Près – Automne 2017

Monsieur Biberson – président du Fonds de dotation de l’Église Saint-Germain-des-Près – nous a gentiment accueillis et introduits au sein cette église qui se dresse au cœur du quartier de Saint Germain des Prés depuis 543. Au fil des siècles, l’humble abbaye des débuts est devenue un lieu mondialement connu et aimé.

En compagnie de notre merveilleuse guide conférencière Clémence, les étudiants ont été invités à lever les yeux vers la voûte constellée d’étoiles de la célèbre Église Saint-Germain-des-Près. 

 

Bienvenue en Touraine

Bords de Loire

Ce semestre, excursion dans le Val de Loire – direction la cité gourmande de Tours. Inscrite au cœur d’un paysage classé au Patrimoine mondial de l’Unesco, Tours est la ville du bien vivre, du bien manger et du bien déguster. Le VWPP avait à cœur de s’y rendre avec les étudiants.

Partis à la découverte des merveilles gastronomiques tourangelles, ce fut l’occasion d’assister à la première édition édition du festival – Tours et ses Francos Gourmandes.  Toute la ville était sur son 31. Guinguette, valorisation des produits du Val de Loire, salon du livre gastronomique, village gourmand, animations œnologiques…

Ce festival étant couplé aux Journée du Patrimoine, balades en bateau sur la Loire, visites du Château de Tours, de sa cathédrale, de son opéra, de son centre historique… furent également au programme des festivités du jour.

Vue depuis la guinguette – située au centre ville de Tours