Stage au VWPP

ENSEIGNER L’ANGLAIS À L’UNIVERSITÉ DE PARIS 12.

 

Être animateur d’ateliers d’anglais à l’Université de Paris 12 s’avère beaucoup plus enrichissant que ce à quoi je m’attendais au début. Deux fois par semaine, j’apporte des sujets à discuter pour une conversation informelle—chacune d’une heure—ainsi que de petites leçons de grammaire de temps en temps. Bien que ce soit en fait un travail rémunéré, ces discussions en groupe sont gratuites et facultatives pour tous les étudiant(e)s qui aimeraient améliorer leur maîtrise de l’anglais hors d’un cours noté. Cette façon d’organiser des ateliers me convient bien car les Français qui viennent participer sont non seulement très enthousiastes de parler l’anglais mais contribuent également aux conversations bien animées, voire parfois profondes ou marrantes. Cependant, aider leur apprentissage tous en même temps constitue un bon défi puisque le niveau de langue parmi les étudiants varie de pouvoir parler presque couramment à avoir pas mal de difficultés. Les séances m’obligent ainsi à adapter les rencontres hebdomadaires compte tenu de leurs besoins.
 
Un grand avantage de ce boulot, c’est pour moi l’occasion de rencontrer des gens français sympas. Pendant les discussions je trouve souvent des moments où il faut expliquer un truc en français, mais en plus, quand on a fini, je reste presque toujours avec au moins un ou deux étudiants et nous continuons à bavarder plus en anglais et en français tous les deux. Puisqu’il s’agit de discussions avec des adultes—la plupart plus vieux que moi—c’est une bonne chance de travailler le français en parlant de quelque chose d’intéressant. Ce qui m’étonne davantage d’apprendre l’anglais aux Français, c’est aussi une admiration croissante que je trouve avec la linguistique, une chose qui ne m’avait jamais intéressé avant ce semestre. Ayant déjà plein d’expérience en cours de français, je connais forcément des trucs difficiles du français, mais maintenant je me mets à être bien attentif aux trucs bizarres de l’anglais.

 

 

Écrit par Dan Dennis

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *