La confluence de Lyon (1/2)

Notre séjour à Lyon a commencé par une visite à la commune – mais pas le type classique. Cette commune est un incubateur culinaire, une foire alimentaire avec de la nourriture japonaise, afghane, marocaine, ainsi que des fontaines de bières à la pression. Certes Lyon possède une histoire longue de gastronomie excellente, mais la vraie marque d’excellence est sans doute sa détermination à soutenir des talents nouveaux.

Après avoir bien mangé, la pièce de résistance à Lyon en ce qui concerne des sites touristiques se trouve à la confluence iconique des deux fleuves – le Musée des Confluences. Sa structure sévère faite de verre et d’acier attire l’attention à des kilomètres. Ce mois-ci, les conservateurs du musée présentent une exposition temporaire sur des épidémies mondiales à travers l’histoire. Il s’agit d’un sujet aussi fascinant qu’il est pertinent, et nous avons appris comment les anciennes civilisations ont mélangé leur connaissance primitive de la science et leur foi pour faire face à cette menace existentielle.

L’histoire continue dans le Vieux Lyon (situé à peu près un million d’escaliers au-dessus du niveau de l’eau) où les gens font des pique-niques dans les ruines d’un amphithéâtre romain : le Lugdunum. Je le recommande fortement pour sa belle vue, mais soyez prêt à monter !

Par Erin Mutchek, VWPP Printemps 2024

Voyages à Saumur et Angers

Pour célébrer la fin du semestre, mon hôte Jocelyne m’a invité chez elle à Saumur, une ville à deux heures et demie au sud-ouest de Paris. Sa maison est un magnifique ancien moulin rénové, construit sur une rivière qui se jette dans la Loire. La maison se trouve à une vingtaine de minutes du centre de Saumur, et nous avons passé la journée à visiter la ville et à nous promener dans le parc du Château de Saumur. Après un croissant et un café, nous sommes allées au Cadre Noir. Le Cadre est l’un des centres équestres les plus célèbres en Europe. Fondé en 1828, leur mission historique était de former les officiers de la cavalerie française. Aujourd’hui, il accueille des cavaliers militaires et civils qui s’entraînent dans les différents styles d’équitation. Il était fascinant de découvrir la tradition et la culture équestre française, et de comprendre l’importance régionale de la vallée de la Loire. Certains des chevaux du Cadre Noir participeront aux Jeux Olympiques de Paris cet été, et nous avons vu leur entraînement. Après ce merveilleuse séjour avec Jocelyne, j’ai pris le train jusqu’à Angers. Je suis allée à Angers pour rendre visite à la famille d’accueil avec laquelle j’ai séjourné pendant quatre mois à l’âge de 16 ans. Mes hôtes d’Angers sont devenus comme une deuxième famille pour moi, et c’était tellement sympa de se revoir après la pandémie.

J’ai passé le reste du week-end avec eux, nous avons visité un parc de kangourous et ma mère d’accueil a préparé mon plat français préféré : la tartiflette. Dans le train pour rentrer à Paris, j’ai ressenti une immense gratitude pour la chance que j’ai eu de vivre avec deux familles d’accueil. De vivre à Paris et à Angers a été l’une de mes expériences les plus enrichissantes. Je me sens très chanceuse d’avoir pu étudier à l’étranger d’une façon aussi merveilleuse ce semestre.

Par Avery Patterson, VWPP Printemps 2024

Rien de tel que Toulouse !

En février, j’ai visité Toulouse, une ville au sud-ouest de la France, avec une amie que j’ai rencontrée à la Sorbonne. Nous avons commencé notre voyage avec un train de nuit direct vers Toulouse, où nous sommes arrivés à 6h30 du matin. Après un enregistrement tranquille à notre airbnb, nous avons décidé de marcher un peu. Contrairement à Paris, il faisait beau à Toulouse, 20 degrés en février ! Toulouse a le surnom “la ville rose” à cause de tous les bâtiments utilisant des briques roses. Nous avons visité la basilique Saint-Sernin tout d’abord, et c’était magnifique. Beaucoup de chandeliers et tapisseries sont accrochés au-dessus des bancs.

Après ça, nous nous sommes promenés au bord de la Garonne, une grande rivière qui divise la ville en deux. Nous avons fini notre promenade avec le petit déjeuner et une visite à la Fondation Bemberg, le musée le plus célèbre de Toulouse. Nous avons passé le reste de la journée à visiter les rues et magasins qui semblaient intéressants.

Le deuxième jour, nous avons commencé à côté du canal. Toulouse est une ville avec beaucoup d’endroits épatants pour les promenades. Le canal nous mène au jardin japonais qui est petit mais très joli. Après ça, nous avons visité le couvent des Jacobins, qui chaque semaine organise une visite nocturne avec les lanternes à travers le couvent ! Le dernier site que nous avons vu avant le dîner c’était le jardin des plantes, qui est à mon avis le meilleur endroit de Toulouse. Beaucoup de plantes et cascades, c’est juste à côté d’une université et d’un musée d’histoire naturelle et il y a beaucoup de pelouses pour les enfants. Nous avons fini notre visite avec un concert de jazz juste à côté de la Garonne. J’adore Toulouse et après cette visite, je crois qu’il faut que j’y retourne un jour.

Par Braeden Ingram, VWPP Printemps 2024

Un week-end à Nice (et à Monaco) !

Ce week-end, j’ai visité la magnifique ville de Nice sur la Côte d’Azur et Monaco. Nichée entre les montagnes et la mer Méditerranée, Nice offre une combinaison envoûtante de culture, d’histoire et de beauté naturelle. Les Niçois que j’ai rencontrés étaient très gentils. En plus, ils étaient ravis de rencontrer une personne qui parle français. Il arrivait moins souvent que les gens me répondent en anglais. C’est plus facile de parler français à Nice qu’à Paris.
Ma première étape a été la Colline du Château, qui offre une vue panoramique sur la ville
et la mer. Après je me suis promenée dans la vieille ville, avec ses ruelles étroites, ses bâtiments colorés et ses charmantes boutiques. On s’y est reposé avec des cafés et on entendait une chute d’eau à proximité. J’ai flâné dans les ruelles de la vieille ville. Ensuite, j’ai admiré les fleurs au marché aux fleurs. J’ai passé une heure et demie dans le petit magasin de tricot : Aux Belles Laines. J’ai découvert deux nouvelles entreprises françaises qui produisent de la laine. Du coup, j’ai acheté de la laine bleu pour faire un bonnet pour mon père. Ensuite, je me suis dirigée vers l’Opéra Plage, où j’ai mangé des bonnes fraises. La Promenade des Anglais, bordée de palmiers, était l’endroit idéal pour une agréable promenade au bord de la mer.

Le dimanche, j’ai également fait un saut rapide à Monaco pour visiter le célèbre Musée
océanographique de Monaco, qui abrite une collection époustouflante d’espèces marines. Mon animal préféré là-bas était la méduse tachetée d’Australie. Elles sont très belles et lumineuses.

Par Elizabeth Campagna, VWPP Printemps 2024

Voyage à Bordeaux

Bordeaux, connue pour son vin, ses marchés et le paysage magnifique, est une très bonne destination pour apprécier la culture, la gastronomie, et vivre des aventures. Si vous commencez à Paris, la meilleure manière d’arriver à Bordeaux est le TGV Paris-Bordeaux. Ce Train Grande Vitesse assure le voyage entre les deux villes en un temps extrêmement rapide : environ deux heures seulement. Vous vous trouvez rapidement à Bordeaux après un joli voyage dans le train, avec une vue du paysage français pendant toute la durée.
Le dimanche matin, ne manquez pas de vous rendre au Marché des Quais, sur le Quai des Chartrons. Ce marché offre des produits frais et locaux avec des agriculteurs et vendeurs de toutes sortes. Une spécialité locale pendant l’hiver sont les huîtres, mais ne manquez pas le fromage, le miel régional, ou des fruits et légumes. Une commande d’huîtres est servie avec un très bon verre de vin et des huîtres sont ouvertes devant vous. C’est l’endroit idéal pour goûter la fraîcheur de Bordeaux au bord d’un joli fleuve et une très belle vue s’il fait beau.


Pour une expérience culinaire authentique, rendez-vous au restaurant grec : Aphrodite. Situé au cœur de la ville, ce restaurant propose une cuisine délicieuse dans une atmosphère conviviale. Vous serez séduit par les saveurs méditerranéennes et l’accueil agréable. La seule chose que j’ai moins aimé à la fin, c’était qu’il n’y en ait pas plus.


Bien que Bordeaux ne soit pas connue pour ses trésors anciens, il reste un marché aux puces, L’Entrepôt Saint Germain. Ce marché vintage offre des objets uniques, pour trouver des petits souvenirs ou des objets que vous pouvez utiliser quotidiennement. Enfin, terminez votre voyage en beauté en vous rendant au Parc de L’Ermitage. Situé sur les rives de la Garonne, ce parc offre une vue impressionnante sur le pont d’Aquitaine et les environs.

Par Julian Heller, VWPP Printemps 2024

Une journée rêvée près de Paris

 

La météo a été mauvaise ces derniers jours en mars. J’ai appris pourquoi on l’appelait le vent de mars à Paris. Cette semaine c’était dix-huit, dix-neuf degrés avec du soleil. Pas un nuage à voir. À Reid Hall, nous étions assis dans la cour pour profiter du soleil. Juste ce matin, je suis allée au Sacré Coeur pour voir le lever du soleil. J’avais le désir d’être dans la nature, de nager, d’être tranquille. En nous asseyant, mon ami et moi discutions de notre désir de voir la nature, surtout, de nager. Nous avions une idée. Et si nous essayions de trouver une étendue d’eau naturelle où nager? Peut-être que nos espoirs pourraient devenir réalité.
Nous avons commencé notre recherche d’une étendue d’eau naturelle. Après plusieurs blogs et listes, nous avons trouvé la Marne. Juste entre les deux stations du train La Ferté-sous-Jouarre et Nanteuil-Saâcy, il existe un sentier le long de la Marne. En utilisant notre pass Navigo, nous sommes arrivés en quarante-cinq minutes. Nous ne savions pas à quoi nous attendre, nous n’étions pas préparés pour la beauté à l’avance. Nous avons commencé dans un petit village à côté de la station de train. Après avoir marché le long de la rivière, nous nous sommes trouvés dans un grand champ. Il y avait de beaux champs verts sur des kilomètres. Quelques kilomètres plus loin se trouvait le lieu de baignade idéal. Nous parlions, riions, admirions la beauté. Nous avons marché 16 kilomètres. Après notre pique-nique à côté d’un autre emplacement près de l’eau, nous avons repris notre chemin à l’autre gare. Le soleil était couché lors de notre descente lorsque nous avons traversé un vignoble, avec la vue de la gare.

This slideshow requires JavaScript.

 

C’était la plus belle journée, nous n’arrivions pas à croire que c’était arrivé, et que nous n’étions qu’à quarante-cinq minutes de Paris.

Par Daniela Stahle, VWPP Printemps 2024

Dinan et le Mont Saint-Michel

À la fin du mois de mars, ma famille m’a rendu visite à Paris. Un week-end, nous avons fait une petite excursion dans le petit village médiéval de Dinan, dans le nord-ouest de la France. Cette ville était très accessible depuis Paris ; c’était un court trajet en train et en voiture. Pendant mon petit séjour, je me suis sentie transportée dans le passé : les routes n’étaient pas goudronnées, les bâtiments étaient couverts de mousse et de plantes, et il n’y avait pas beaucoup de voitures. Dinan est bien connue pour sa beauté architecturale, et j’ai trouvé que l’unité des bâtiments de style médiéval, des cathédrales massives, des jardins fleuris et des passages secrets le confirmait absolument. La culture m’a particulièrement intéressée. Partout en France, l’affiliation des gens à leur identité française est palpable. Même la politique gouvernementale, telle que la laïcité, met l’accent sur l’identité française plutôt que les autres identités ou les identités personnelles. Dinan est une ville typique de la Bretagne, une région de France qui a de fortes origines et influences celtiques. Ce qui est très différent dans cette région, c’est que l’identité et l’héritage bretons (qui découlent de l’occupation celtique antérieure) et la séparation de l’identité française sont très importants. Bien que les habitants parlent français, la grande majorité des restaurants sont des pubs, des boutiques touristiques avec un thème irlandais et des galeries d’art présentant des artistes celtes. Même les plaques qui décrivent les monuments historiques (par exemple, les tours militaires et les remparts) soulignent souvent leur rôle de protection contre les invasions françaises. C’était très intéressant de voyager dans une partie de la France qui donnait l’impression d’être un pays différent !

De plus, pendant cette courte visite en Bretagne avec ma famille, nous avons également visité la Normandie pour voir le célèbre Mont Saint-Michel. Il s’agit plus d’un château que d’une montagne, et il semble flotter librement au milieu d’une baie. Lorsque nous y sommes allés, la marée était basse, ce qui nous a permis de marcher sur le sable pour admirer sa beauté miraculeuse. À l’origine, il s’agissait d’une abbaye – une abbaye qui est toujours utilisée  aujourd’hui. L’architecture remarquable se trouve au sommet d’une montagne de petits bâtiments, de boutiques et de chemins sinueux. Tout comme Dinan, le Mont Saint-Michel présente une architecture de style médiéval. Il est également entouré de murs de protection, couverts de petites fenêtres et d’ouvertures qu’une armée pourrait utiliser lors d’une bataille. J’ai été fascinée par certains passages ou portes isolés que l’on peut trouver en cherchant bien (aussi j’ai trouvé une statue terrifiante d’un homme enveloppé, cachée dans une poche sombre entre les bâtiments). Je me demande à quoi ils pouvaient bien servir à l’origine, ou qui pouvait les utiliser à l’époque où le site a été construit. Le site est protégé par l’UNESCO et constitue l’une des principales attractions touristiques de France. Sa place dans le tourisme français a été comparée à celle des pyramides d’Égypte, sans que l’on sache vraiment si c’est vrai ou non.

Dans l’un de mes cours au VWPP, j’étais chargé d’écrire un commentaire composé sur une nouvelle, « La Légende du Mont Saint-Michel », une histoire régionale par Guy de Maupassant en 1882. Dans cette nouvelle, un homme rencontre un paysan local au pied du Mont Saint-Michel, qui lui raconte une bataille d’esprit entre le diable et Saint Michel (qui a donné son nom à la montagne). Le diable contrôlait tous les moyens de production et la terre, mais Saint Michel à proposé de prendre tout le travail et la terre en échange de la moitié de la production du diable. Saint Michel ne cultive que ce que le diable a accepté de laisser au saint, laissant le diable sans rien. La nature rusée et intelligente du saint est censée refléter les croyances de la région, selon lesquelles l’esprit est d’une importance capitale.

C’était fascinant de voir en personne cette merveilleuse structure sur laquelle j’avais passé de nombreuses heures à écrire. Cela m’a rappelé la vaste histoire mythologique de la France et les différents types de folklore qui entourent les différentes régions. Il n’est pas fréquent que des lieux fantastiques qui existent dans le canon mythologique d’une région existent également dans un état magnifique dans la vie réelle, comme le Mont Saint-Michel. J’ai eu l’impression d’entrer dans le monde de l’histoire, ou de visiter un lieu fictif dans la vie réelle. C’était vraiment génial de pouvoir appliquer les connaissances que j’ai acquises par un cours à Reid Hall à mes voyages en France !

Par Sylvie Moran, VWPP Printemps 2024

Bordeaux avec mes amis

Le 19 février, j’ai quitté Paris et j’ai voyagé à Bordeaux pour rencontrer des amis du programme Vassar-Wesleyan. C’était mon premier voyage en dehors de Paris, en plus de notre voyage de groupe à Reims. Dans le train, j’ai vu des paysages magnifiques de la France. J’ai vraiment remarqué à quel point la France était un pays rural et agricole pour la première fois. Après, je suis arrivé à Bordeaux, j’ai marché dans les rues en direction de mon Airbnb. J’ai admiré l’architecture de Bordeaux et la façon dont les bâtiments ont été influencés par l’Empire romain. En comparaison à Paris, même si Bordeaux est située sur la côte atlantique, Bordeaux a l’apparence d’une ville traditionnellement méditerranéenne. J’ai fait beaucoup de choses après mon arrivée à Bordeaux. Le premier soir, nous sommes allés dans un bar à vin pour goûter des vins bordelais. J’ai essayé un vin rouge bordelais de Château des Moines qui était assez bon, mais, paradoxalement, mon vin préféré que j’ai essayé était un vin blanc de la région de la Loire. Le jour suivant, nous sommes allés à La Cité du Vin pour approfondir nos connaissances du vin. La Cité du Vin était mon activité préférée pendant le voyage. J’ai beaucoup appris sur la complexité de la fabrication du vin et j’ai fait un quiz pour savoir quel type de vin je suis ! Je suis un vin blanc fortifié, plus précisément un Manzanilla d’Andalousie, dans le sud de l’Espagne !

La dernière chose que nous avons fait à Bordeaux a été d’aller voir Les Bassins de Lumières. Nous avons vu une exposition de lumières sur les vieux maîtres hollandais, de Vermeer à Van Gogh. Le voyage a été une expérience extraordinaire et si vous visitez Bordeaux, j’espère que vous visiterez La Cité du Vin et Les Bassins de Lumières !

Par Joey Ansel-Mullen, VWPP Printemps 2024

La découverte de Bordeaux… et de son terroir !

J’ai découvert un nouvel intérêt à Bordeaux. Au Sud-Ouest de la France, la ville est située près de la mer, sur la Garonne. Les gars et moi avons visité Bordeaux pour nos vacances de février. Au début, c’était un vrai voyage français : nos trains ont été annulés à cause d’une grève, mais heureusement nous avons trouvé un autre train.
À Bordeaux, nous étions très occupés. D’abord, pour le premier jour, nous avons visité le quartier de la rue Sainte-Catherine, un quartier sympa dans lequel on peut surtout marcher. Nous y avons goûté des cannelés sur les recommandations des français, mais nous ne les avons pas aimés, en plus, c’était trop cher. Ensuite, nous avons passé une soirée esthétique, commençant avec un resto sympa dans le quartier de la Grosse Cloche, qui ressemble au Chemin de Traverse d’ Harry Potter, suivi d’un bar à vin où j’ai découvert mon intérêt pour le vin, et quel meilleur endroit que Bordeaux pour le découvrir ? À la fin de la soirée, nous avons fait une promenade au bord de la Garonne et sur le pont de Pierre, pour regarder la vue de Bordeaux pendant la nuit.


Le deuxième jour, nous avons vu les musées et les spectacles à Bordeaux, commençant avec le musée le plus connu : La Cité du Vin. C’était sympa, il y avait une visite audio-guidée, et nous avons appris toutes les facettes du vin, de la récolte jusqu’aux emballages. De plus, le musée a offert un verre du vin au choix après la visite de l’exposition. Après les autres musées et spectacles, nous sommes rentrés à Paris.
Vraiment ça c’est une expérience nécessaire pour les gens qui adorent le vin (moi), une ville avec une culture du vin très riche, c’est un voyage inoubliable.

Par Michael Zheng, VWPP Printemps 2024

Dinan

Grâce au remboursement culturel de VWPP, mes amis et moi avons pu louer une voiture et un airbnb dans la petite ville pittoresque de Dinan en Bretagne. J’ai entendu de nombreux Français dire que c’est un joyau caché de la région. Le jour où nous sommes arrivés dans notre van dans les rues sinueuses et pavées de cette ville médiévale, j’ai été instantanément amoureux. L’emplacement de Dinan dans l’est de la Bretagne nous a permis des excursions faciles à la ville portuaire de St. Malo et quelques endroits en Normandie comme le Mont-St.-Michel et le cimetière américain et le mémorial du jour J à
Omaha. Aucune attraction touristique ne pourrait voler la beauté de St. Malo. C’est une belle ville située le long de la côte et l’architecture ainsi que les pâtisseries régionales de Bretagne étaient splendides. Je ne peux pas imaginer la foule estivale à St. Malo, mais elle était assez bondée à la fin octobre. Le froid salé frais dans l’air a revigoré mon esprit et j’ai rêvé de posséder un appartement dans la ville, avoir la chance d’y vivre toute l’année. Les kouign-amanns, une sorte de pâtisserie bretonne avec beaucoup de beurre et de sucre, étaient délicieux. 


Le cimetière américain m’a aussi énormément touché. Je l’avais déjà été une fois quand j’étais enfant lorsque je suis allé en France pour un voyage en famille. Revenir plus de 10 ans plus tard avec une conscience historique plus forte était vraiment autre chose. Nous voyons les représentations de la guerre dans les films et nous lisons à ce sujet dans les livres, mais il y a quelque chose que vous ne pouvez pas reproduire en marchant sur la plage d’Omaha elle-même, sachant pour quoi nos générations plus âgées sont mortes et ont survécu. C’était un lieu sacré.
Dans l’ensemble, le temps à Dinan était plein de rires et d’expériences dont je me souviendrai pour toujours. Et c’était plus spécial de pouvoir le faire avec des amis proches.

Par Alan Schiller, VWPP Automne 2023