La Corse par Nam Nguyen

Écrit par Nam Nguyen

Même si la situation concernant le coronavirus nous a empêché de voir la ville de Paris au printemps – de la voir s’étoffer, se renouveler – notre séjour d’une semaine en Corse nous avait déjà rempli le cœur de soleil, de chaleur et de renouvellement. Nous étions cinq à explorer les terres abondantes d’Ajaccio, de Castello di Rostini, et de Bonifacio, situées sur cette île magnifique qui appartient à la France. La Corse est aussi appelée “L’Île de Beauté” et nous y avons vécu des expériences bouleversantes. Voici quelques moments sélectionnés de notre voyage, mais j’ai tellement de souvenirs à raconter, que c’est presque impossible de n’en choisir que quelques-uns!

  • Premier coucher de soleil à Ajaccio :

Regardez cette lumière rose ! On avait fait une promenade sur la plage pendant que le soleil se couchait. On avait marché jusqu’à un parc et on s’était assis sur les rochers au bord de la mer pour nous imprégner de la vue magnifique devant nous. J’ai fait une vidéo sur mon portable et voici le résultat :

[vidéo optimisée pour navigateur Chrome sur un pc ou mac]

  • Première randonnée sous le soleil :

Lors de la seconde journée de notre voyage, on a fait une randonnée à Ajaccio, en prenant un sentier connu qui s’appelle le Sentier des Crêtes. C’était vraiment magnifique, et au lieu de prendre le chemin qu’on avait pris jusque-là pour retourner à notre AirBnB, on a tous décidé d’en prendre un autre, qui descendait jusqu’à la mer. Encore une fois, on s’est assis sur un rocher, tout en regardant un autre magnifique coucher de soleil. Voici quelques photos prises durant la randonnée :

  • Notre magnifique séjour à Castello di Rostino :

Castello di Rostino était un endroit fort unique et magique: on est certains qu’il y avait seulement environ dix habitants ! Notre hôte, Christian, un homme d’une soixantaine d’années, et sa fille, sont venus nous chercher en voiture à la station de Ponte Novu – une ville plus large près de Castello di Rostino – et nous ont conduit jusqu’à chez eux : une maison incroyable faite de briques que je ne peux pas vous montrer, car je n’ai pris aucune photo, malheureusement…  

Ce qui est vraiment incroyable, c’est la vue qu’on avait depuis cette maison: chaque matin on voyait des montagnes, des forêts, le bleu du ciel, etc. On a fait des randonnées et on a même été invités à une soirée karaoké par Christian ! On a chanté « Don’t Stop Believin’ » de Journey et « Let It Be » des Beatles – les classiques américains, quoi. Christian était tellement aimable et chaleureux: il nous a rendu visite un soir pour s’assurer que tout allait bien, et on a fini par faire une soirée musicale ! Il jouait de la guitare et Tracy elle aussi en jouait… Christian nous a présenté quelques chansons traditionnelles corses et Tracy a chanté des chansons américaines que même nous, ne connaissions pas. Et tous les soirs, nous avons regardé des films, comme une famille normale et heureuse.

  • Falaises à Bonifacio et la Méditerranée :

Lorsqu’on était à Bonifacio, on avait envie d’aller voir le phare de Pertusato, mais en fait, le phare lui-même n’était pas aussi attirant et intéressant que le voyage qu’on a fait pour l’atteindre. Pour s’y rendre, il fallait prendre un sentier qui longeait des falaises, nous donnant des vues magnifiques de la Méditerranée. On est même descendus jusqu’à la mer, comme on avait fait à Ajaccio, et Maggie a sauté dans l’eau ! La Méditerranée était ensorcelante, comme en témoigne ces photos que j’ai faites. Sur le chemin du retour, un autre coucher de soleil. Une magnifique fin de journée. 

Écrit par Nam Nguyen — VWPP Spring 2020

Les Volcans d’Auvergne par Lily Feinberg-Eddy

Écrit par Lily Feinberg-Eddy

Je suis allée au Puy-de-Dôme —en Auvergne— pour faire des randonnées sur les volcans. Malheureusement, c’était compliqué avec les transports car le bus a été annulé, mais c’était quand même génial !

Vue du Volcan appelé “Puy-de-Dôme”. Le premier cratère est appelé “Puy Pariou”, le deuxième “Puy Goules” et le troisième “Puy Sarcouy”. 

J’ai aussi visité la ville de Clermont-Ferrand qui possède une cathédrale magnifique. Si vous voulez faire un voyage authentique et proche de la nature, l’Auvergne est ce qu’il vous faut !

Écrit par Lily Feinberg-Eddy — VWPP Spring 2020

Le Roadtrip de Ryan Rehl

Écrit par Ryan Rehl

Pendant les vacances, nous sommes restés à Pont-en-Royans dans les montagnes. Comparé à la ville, c’était très tranquille là-bas. Il y avait un peu de neige dans le Vercors. Le lendemain, nous sommes allés à Marseille, et nous sommes montés dans le manège de la grande roue à côté du Mucem. La dernière soirée de notre voyage, nous sommes retournés à Paris et nous sommes montés en haut de l’Arc de Triomphe et nous sommes allées voir la Tour Eiffel. Les trois villes que nous avons visitées étaient très différentes, donc nos vacances nous ont donné un sens plus général de France. 

Écrit par Ryan Rehl — VWPP Spring 2020

Magie de Noël

Léna Weiss, étudiante au VWPP, est allée au marché de Noël de Strasbourg et a déambulé dans les ruelles d’une petite île féérique qui s’appelle “Petite France”. La preuve que même l’hiver la France est aussi magique !

La petite France est ce faubourg pittoresque situé à l’ouest de la Grande Ile de Strasbourg. Autrefois, ce quartier était le repère des tanneurs (cuir), des meuniers (ceux qui exploitent un moulin à blé et fabriquent de la farine) et des pêcheurs car situé à proximité de l’eau et donc nécessaire à l’exercice de leur profession.

Mais pourquoi ce quartier s’appelle t-il “Petite France” ? Car on y trouvait au XVI e siècle un hôpital pour soigner les soldats du roi de France, qui avaient contractés la syphilis (surnommée “mal français” et “petite française“). Les soldats français y étaient placés en quarantaine d’où son nom.

 

” L’Ille, avec ses eaux vertes et calmes, embarrassées partout de ponts, de moulins, de charpentes soutenant des maisons qui surplombent…” Gérard de Nerval 

VWPP Fall 2019

Voyage au Mont-Saint-Michel

Alexandra Prendergast, étudiante ce semestre à Paris, est allée visiter le Mont-Saint-Michel avec d’autres membres du VWPP. Elles ont voyagé en train et en bus et ont pu voir cet endroit merveilleux et unique. Voici quelques photos…

“Notre voyage au Mont St Michel était fantastique. Nous avons mangé une omelette authentique. Nous avons aussi longé la plage et exploré l’ancien château…”

Voyage à Strasbourg

Je suis allé à Strasbourg (et à un village près de Strasbourg, St. Louis) avec ma mère, qui est née dans cette région de la France. Nous avons rendu visite à son ancienne baby-sitter Françoise et sa famille, avec qui ma mère et ma grand-mère ont gardé contact depuis longtemps. Le premier jour, avec la fille de Françoise et son mari, nous avons vu l’immense et magnifique cathédrale de Strasbourg, et puis nous avons déjeuné dans le quartier de la Petite France. En arrivant chez Françoise, nous avons été bien accueillis par toute la famille, et nous avons mangé beaucoup de plats typiques de Strasbourg, y compris la tarte à l’oignon, les châtaignes grillées et la tarte aux mirabelles. Nous avons aussi bu du vin blanc alsacien qui est parmi les meilleurs vins que j’ai bus.

Le deuxième jour, nous avons mangé une raclette avec toute la famille et puis nous sommes revenus à Strasbourg pour voir la ville depuis un bateau-mouche. Tous ensemble, j’ai passé un bon moment avec ma mère et les amis de ma famille ; j’ai aimé rencontrer ses amis et la belle ville de Strasbourg. Et j’ai bien utilisé mon français, car ma mère ne parle aucun mot français et Françoise ne parle aucun mot anglais.

Écrit par Joey LaCascia

Vacances à Chamonix et à Genève

Pour le début de nos vacances, je suis allé à Chamonix et à Genève avec quelques amis du groupe.  Bien que j’aie déjà visité les deux endroits auparavant, c’était magnifique quand même. Il y avait un mélange de soleil, de neige et de pluie, ce qui nous a permis d’avoir différentes vues sur les Alpes françaises. À Chamonix, nous avons fait quelques randonnées, nous nous sommes régalés des spécialités locales comme la raclette, la fondue et le vin chaud. Nous avons aussi remonté le Mont Blanc, qui était tout simplement époustouflant. C’était un bon moment passé en bonne compagnie. En fait, nous avons prolongé notre séjour à Chamonix et raccourci notre séjour à Genève.

Écrit par Sid Ahuja

Vacances en Bretagne

Pendant les vacances de la Toussaint, je suis allée en Bretagne avec ma sœur. La Bretagne est située sur la côte de la France, et elle est très belle avec une mer très bleue et des roches sauvages. J’ai pris le train pour voyager et c’était tellement facile. J’ai mangé des galettes avec ma sœur et je suis montée à cheval près de la cote. J’ai vu la vie quotidienne à l’extérieur de Paris.

Écrit par Ayana Dudley

Rennes par Olivia Dontsov

Photos de Rennes au crépuscule : les maisons à colombages au centre-ville; la roue vers le marché de Noël ; au bord de la Vilaine.

(prise en 2017) Le “chat d’accueil”, Enzo

Prises en 2013 et en 2017 — Les marches où j’ai fait semblant d’être Cosette et une photo d’elles actuellement.

La dernière fois que j’ai vu ma mère d’accueil, j’avais des larmes aux yeux. C’était dans la salle commune de SYA, un programme pour des lycéens qui habitent en famille d’accueil et apprennent à parler français couramment. J’avais mes valises à côté de moi, ma mère d’accueil (elle s’appelle Gisèle) portait toujours sa veste comme elle allait retourner à sa voiture après avoir dit au revoir. Je lui ai dit que je ne savais pas comment dire adieu, et elle m’a répondu :

« C’est pas grave. On se verra dans l’avenir. »

Et trois ans plus tard, je me retrouve à Rennes, la ville où je suis tombée amoureuse de la France. Est-ce possible de décrire ce moment de ma vie ? Je me souviens de lui en morceaux : après être partie de Rennes, j’avais des flashbacks tous les jours des mimosas près de ma maison, des rues pavées mouillées de pluie qui tombait sans cesse, de l’odeur du poisson frit que ma mère d’accueil me faisait, de l’église dans le Parc du Thabor et la cage des oiseaux au centre. Je savais que je ne pourrais jamais retourner à ces moments, même si je fais un retour à Rennes. Les moments se sont transformés aux souvenirs d’une mémoire à la fois douloureuse et magique.

Je suis donc arrivée vendredi avec pas mal d’appréhension. Je ne savais pas à quoi attendre — serais-je retournée à un état de manque extrême, à l’écart de mémoire et de réalité ? Mais quand j’ai revu Gisèle, on a pu parler pendant des heures de nos vies maintenant et du passé. J’ai décidé de me balader en ville avant de retourner manger à la maison, donc j’ai visité tous mes endroits préférés du centre-ville. Malgré les travaux, la ville me semblait presque comme avant, mais ma mémoire était différente. Depuis mon départ, j’avais l’impression de me souvenir de tout, mais j’ai oublié où se retrouvent ma librairie préférée, la boulangerie qui vend des pains à plusieurs parfums, ou une de mes églises préférées. Rennes n’est pas une grande ville. Elle est connue plutôt parce que c’est une ville d’étudiants ; un quart de la population de Rennes est fait par des étudiants. Mais plus que je me suis promenée, plus que j’ai eu l’impression que la ville était en train de s’agrandir autour de moi. Je ne pouvais pas visiter les écluses de Saint-Grégoire ou voir les professeurs que j’ai eus pendant lycée ou voir un musée d’art contemporain et manger du brunch comme je voulais quand j’habitais dans la ville.

Mais en même temps, je n’avais pas l’impression d’être perdue dans le temps. Je pouvais ajouter mon expérience actuelle aux souvenirs du passé. Par exemple, il y a une arche à l’extérieur de l’ancienne frontière de Rennes. Les gens le visitent grâce à son intérêt historique, mais un de mes premiers jours à Rennes, l’école nous a donné une course au trésor. On aurait dû trouver un indice à cet endroit, mais au lieu de le trouver, on a tombé sur un géocache, un type de jeu mondial où on cherche des boîtes qui contiennent des trésors. Cette-fois-ci, j’y suis retournée pour le retrouver, mais il n’existait plus. En faisant le tour pour vérifier que ce n’était pas dans un autre tuyau d’écoulement, une femme m’a approchée en me demandant si un chat y était coincé. Et tout d’un coup, je n’étais pas triste par le fait que les choses étaient différentes. Cette femme fait partie maintenant de ma mémoire de ce lieu, comme le géocache en fait partie. J’ai pu visiter des endroits en acceptant que je les verrai littéralement d’une lumière différente.

Les autres jours se sont passés d’une manière similaire : j’ai ajouté mes nouvelles impressions à celles d’avant. Je ne suis pas toujours d’accord avec ma mère d’accueil sur ses opinions concernant les origines, un de mes bars préférés n’existent plus, j’ai le droit d’oublier le nom de mon arrêt de bus, Récipon. J’ai visité Rue de la soif, où j’ai eu mon premier cocktail, et Saint-Malo, où une copine m’a divulgué ses secrets dans mon église préférée du monde. Le chat de ma mère d’accueil, Enzo, s’est endormi à côté de moi. En vivant à Paris, j’ai l’impression que je dois visiter des nouveaux endroits et avoir de nouvelles expériences, mais mon séjour à Rennes, quoi qu’il soit bref, m’a rappelé du fait qu’on peut très bien retourner à un endroit sans refaire la mémoire.

Par Olivia Dontsov – Vassar’19