Première excursion : direction Aix en Provence !

 

Jenna, Paris et l’art par Jenna Docher

À Vassar je fais un double cursus en philosophie et français et j’ai depuis mon enfance une passion pour les arts plastiques. Je suis donc tellement contente de m’être inscrite dans un programme de cours avec VWPP qui inclue un cours d’histoire de l’art contemporain (les néo-avant-gardes) et un cours de philosophie de l’art (esthétique analytique) à la Sorbonne, ce qui me permet d’étudier plusieurs sujets auxquels je m’intéresse. Complètement par hasard le cours de la philo de l’art fais souvent référence aux artistes qu’on étudie dans le cours de l’histoire de l’art, puisque les artistes modernes et contemporains qui ont délibérément contesté les définitions et les frontières de « l’art » sont ceux qui pousse la philo à trouver des nouveaux moyens de la théoriser. La philo de l’art analytique (contrairement à la philo de l’art continental) s’occupe plutôt du meta-ésthetique et du rôle des théories de l’art dans la critique et dans les lois, ce qui porte des conséquences importantes pour les études des néo-avant-gardes, des minimalistes, des post-minimalistes, etc., surtout concernant la vente et l’exposition des objets d’art (comme les Ready-Mades de Duchamp ou le Brillo Box de Warhol).

Naturellement c’est fascinant d’aller aux expos et musées dans ce contexte—de voir en réel les œuvres que j’étudie dans plusieurs cours, qui sont souvent des installations. À Beaubourg (le Centre Pompidou) il y a une collection incroyable de l’art moderne et contemporain, où j’ai vu des œuvres avant-gardes, néo-avant-gardes, optico-cinétiques, minimalistes, et post-minimalistes, y compris des artistes comme Donald Judd, Tinguely, Jesus Raphael Soto, Joël Stein, Barnett Newman, et Basquiat. Il est nécessaire de voir ces œuvres en vrai, d’une part parce qu’on aperçoit beaucoup mieux les couleurs et les textures en vrai que sur un écran ou dans une reproduction, et d’autre part parce que plusieurs artistes jouaient sur les interactions entre le spectateur et l’œuvre. Par exemple, l’art optico-cinétique joue énormément sur le mécanisme biologique de l’œil humain et des effets qui se produisent quand le spectateur bouge devant l’œuvre, ou quand l’œuvre bouge dans une manière qui crée des illusions, un peu inspiré par le mécanisme du kinétoscope et du cinématographe qui font l’illusion de motion à travers de l’effet phi. Même Donald Judd, dont les œuvres sont industriels, fixes, et minimalistes, impliquait l’espace de l’exposition : les instructions d’installation pour son série Stack (dont celui de 1972 est installée au Beaubourg) était fait exprès pour rendre l’œuvre plutôt un objet ordinaire occupant le même espace du spectateur qu’un « objet d’art » éloigné du spectateur, perché sur son piédestal ou accroché au mur.

Continue reading

Saint-Germain-des-Près

Devant le porche de l’Église Saint-Germain-des-Près – Automne 2017

Monsieur Biberson – président du Fonds de dotation de l’Église Saint-Germain-des-Près – nous a gentiment accueillis et introduits au sein cette église qui se dresse au cœur du quartier de Saint Germain des Prés depuis 543. Au fil des siècles, l’humble abbaye des débuts est devenue un lieu mondialement connu et aimé.

En compagnie de notre merveilleuse guide conférencière Clémence, les étudiants ont été invités à lever les yeux vers la voûte constellée d’étoiles de la célèbre Église Saint-Germain-des-Près. 

 

Bienvenue en Touraine

Bords de Loire

Ce semestre, excursion dans le Val de Loire – direction la cité gourmande de Tours. Inscrite au cœur d’un paysage classé au Patrimoine mondial de l’Unesco, Tours est la ville du bien vivre, du bien manger et du bien déguster. Le VWPP avait à cœur de s’y rendre avec les étudiants.

Partis à la découverte des merveilles gastronomiques tourangelles, ce fut l’occasion d’assister à la première édition édition du festival – Tours et ses Francos Gourmandes.  Toute la ville était sur son 31. Guinguette, valorisation des produits du Val de Loire, salon du livre gastronomique, village gourmand, animations œnologiques…

Ce festival étant couplé aux Journée du Patrimoine, balades en bateau sur la Loire, visites du Château de Tours, de sa cathédrale, de son opéra, de son centre historique… furent également au programme des festivités du jour.

Vue depuis la guinguette – située au centre ville de Tours

L’artiste engagé

Dans le cadre du séminaire enseigné par Madame Kraguly, les étudiants du VWPP ont pu explorer l’art engagé à travers différentes expériences artistiques et tracer les relations entre l’art et la politique. À cette fin, plusieurs visites d’exposition ont permis aux étudiantes d’observer et de formuler leur propre point de vue.

Elles ont pu découvrir de nombreux lieux culturels intra-muros tels que La Fondation Louis Vuitton, La Fondation Cartier, Le Quai Branly … et bien entendu le Centre Pompidou et sa célèbre architecture.

IMG_2801IMG_2802

Ce séminaire fut également l’occasion pour les étudiantes de partir à la découverte du street-art et de l’art contemporain dans la ville de Vitry, commune limitrophe de Paris au travers d’une balade urbaine et d’une visite conférence du MAC VAL.

20161130_10201920161130_11565520161130_115854

Crédit pour les photos : un grand merci à Néna !

Mes conseils aux futurs étudiants par AnnaRose Broome

Automne 2016

Pour mon conseil, je vais choisir une chose bizarre. Pour moi, cette chose est bizarre parce qu’au début je n’aimais pas cette activité. Mon conseil est de visiter plein de musées. Comme une enfant qui bouge beaucoup, j’ai vu le Louvre avec une mauvaise attitude. À ce moment-là, les peintures et les statues étaient trop superficielles. Il y avait beaucoup d’accumulations d’émotions et je ne pouvais pas voir le raison. Cependant, maintenant je veux voir le Louvre à nouveau. Pourquoi? Parce que l’art est puissant. Comment est-ce que j’ai réalisé ce fait? Par un autre musée. Le musée Guimet était le musée pour moi. J’ai réalisé que l’art est une expression de l’âme.

photo_musee-guimet

À Guimet, j’ai vu plein de d’oeuvres asiatiques. C’était la première fois que j’ai vu beaucoup d’oeuvres asiatiques dan le même lieux. Et c’était amusant. Après la première visite, j’ai décidé que j’avais besoin de le visiter au nouveau. Maintenant, je suis heureuse de l’avoir à nouveau visité. Le deuxième jour, j’ai vu une expo par hasard. Un artiste a créé une structure de bambou. La structure était grande et spéciale parce qu’il y avait un sens à ce qui était écrit sur le mur. Il port des cinq essences du monde, le vide, la terre, l’eau, le feu et le vent. Toutes les essences fonctionnent ensemble pour notre monde et nos vies. Pour moi, cette oeuvre était magnifique et elle m’a montrée comment exprimer les pensés de l’artiste. Peut-être le musée Guimet est pour vous ou peut-être pas. Mais, je suis sûre qu’il y a un musée pour chaque personne dans le monde.

En France, il y a plein de musées et expositions pour le public. Entant qu’étudiant, nous avons un avantage parce que nous avons une réduction pour nos visites. Aussi, il y a plein de musées qui sont gratuits. Peut-être vous voulez visiter le musée du Louvre. C’est bien mais n’oubliez pas les autres musées. Il y a un musée pour la musique, la photographie, la maladie et beaucoup d’autres choses. J’espère que vous pouvez visiter les musées qui vous intéressent. Bonne chance et amusez-vous.

AnnaRose Broome – VWPP Automne 2016 – Vassar’17

Voyages en pays francophones par Aida Julien

Automne 2016

PARTIE 1 : La Suisse

Pour mon premier voyage en dehors de Paris, j’ai décidé de voyager dans la partie francophone de la Suisse (ce qui est appelé la Suisse Romande ou la Romandie). Un vendredi en Octobre j’ai pris le TGV Lyria de la Gare de Lyon pour un voyage agréable à Lausanne. Lausanne est une très belle ville à côté de la ville de Genève, au bord du lac léman, et en face de la ville française Evian-les-bains. Elle est la cinquième plus grande ville de la Suisse et elle est bien connue comme la capitale des Jeux d’Olympiques, étant le site du siège international olympique.

photo_suisse3

Dès mon arrivé à Lausanne, j’ai été accueillie par ma famille suisse qui habite dans une petite ville (ou municipalité) juste à côté de Lausanne qui s’appelle Savigny. Tandis que Lausanne est considérée comme une grande ville dans le contexte de la Suisse, Savigny est plutôt comme la campagne. En fait, la maison dans laquelle je suis resté pendant mon séjour était proche d’un certain nombre de fermes. En gros, c’était une expérience totalement différente de celle de Paris !

photo_suisse2

Le jour suivant mon arrivé, je suis partie de Savigny avec ma famille pour aller visiter une municipalité qui s’appelle Morat. J’ai découvert plus tard que Morat est la ville d’origine de ma famille suisse. Morat se trouve dans le canton de Fribourg qui est situé essentiellement à la frontière suisse des langues allemand et français. La plupart de la population à Morat parle allemand mais un grand pourcentage de la population parle également le français. On a fait une petite promenade dans le centre de la ville afin de mieux apprécier l’architecture charmante de la ville. On est passé par la porte de Berne, la mairie, la château Löwenburg et on a fini la promenade en montant sur le mur de la ville pour avoir une belle vue de toute la ville et le lac Morat.

photo_suisse1

Le Lendemain, j’ai eu l’opportunité de faire une randonnée dans les magnifiques montagnes suisses. Après une heure en voiture, on est arrivé au sommet d’une montagne (je ne me souviens pas du nom) ou on a fait une randonnée agréable dans l’air frais qu’on peut que trouver dans les montagnes suisses. Au milieu de l’excursion, on s’est arrêté à un chalet typiquement suisse pour qu’on puisse se reposer et boire un verre.

L’un des aspects les plus marquants de mes aventures en Suisse était la cuisine. Malheureusement, je n’ai pas eu l’occasion de manger le plat le plus connu de la Suisse – la fondue au fromage. Cependant, j’ai pu apprécier plusieurs autres spécialités suisses délicieuses y compris le fromage et le chocolat.

PARTIE 2 : La Belgique

Afin de mieux profiter de mon semestre à l’étranger, j’ai organisé un autre voyage (suivant mes aventures suisses) pour explorer un deuxième pays francophone – la Belgique. Continue reading