Jenna, Paris et l’art par Jenna Docher

À Vassar je fais un double cursus en philosophie et français et j’ai depuis mon enfance une passion pour les arts plastiques. Je suis donc tellement contente de m’être inscrite dans un programme de cours avec VWPP qui inclue un cours d’histoire de l’art contemporain (les néo-avant-gardes) et un cours de philosophie de l’art (esthétique analytique) à la Sorbonne, ce qui me permet d’étudier plusieurs sujets auxquels je m’intéresse. Complètement par hasard le cours de la philo de l’art fais souvent référence aux artistes qu’on étudie dans le cours de l’histoire de l’art, puisque les artistes modernes et contemporains qui ont délibérément contesté les définitions et les frontières de « l’art » sont ceux qui pousse la philo à trouver des nouveaux moyens de la théoriser. La philo de l’art analytique (contrairement à la philo de l’art continental) s’occupe plutôt du meta-ésthetique et du rôle des théories de l’art dans la critique et dans les lois, ce qui porte des conséquences importantes pour les études des néo-avant-gardes, des minimalistes, des post-minimalistes, etc., surtout concernant la vente et l’exposition des objets d’art (comme les Ready-Mades de Duchamp ou le Brillo Box de Warhol).

Naturellement c’est fascinant d’aller aux expos et musées dans ce contexte—de voir en réel les œuvres que j’étudie dans plusieurs cours, qui sont souvent des installations. À Beaubourg (le Centre Pompidou) il y a une collection incroyable de l’art moderne et contemporain, où j’ai vu des œuvres avant-gardes, néo-avant-gardes, optico-cinétiques, minimalistes, et post-minimalistes, y compris des artistes comme Donald Judd, Tinguely, Jesus Raphael Soto, Joël Stein, Barnett Newman, et Basquiat. Il est nécessaire de voir ces œuvres en vrai, d’une part parce qu’on aperçoit beaucoup mieux les couleurs et les textures en vrai que sur un écran ou dans une reproduction, et d’autre part parce que plusieurs artistes jouaient sur les interactions entre le spectateur et l’œuvre. Par exemple, l’art optico-cinétique joue énormément sur le mécanisme biologique de l’œil humain et des effets qui se produisent quand le spectateur bouge devant l’œuvre, ou quand l’œuvre bouge dans une manière qui crée des illusions, un peu inspiré par le mécanisme du kinétoscope et du cinématographe qui font l’illusion de motion à travers de l’effet phi. Même Donald Judd, dont les œuvres sont industriels, fixes, et minimalistes, impliquait l’espace de l’exposition : les instructions d’installation pour son série Stack (dont celui de 1972 est installée au Beaubourg) était fait exprès pour rendre l’œuvre plutôt un objet ordinaire occupant le même espace du spectateur qu’un « objet d’art » éloigné du spectateur, perché sur son piédestal ou accroché au mur.

Continue reading

Saint-Germain-des-Près

Devant le porche de l’Église Saint-Germain-des-Près – Automne 2017

Monsieur Biberson – président du Fonds de dotation de l’Église Saint-Germain-des-Près – nous a gentiment accueillis et introduits au sein cette église qui se dresse au cœur du quartier de Saint Germain des Prés depuis 543. Au fil des siècles, l’humble abbaye des débuts est devenue un lieu mondialement connu et aimé.

En compagnie de notre merveilleuse guide conférencière Clémence, les étudiants ont été invités à lever les yeux vers la voûte constellée d’étoiles de la célèbre Église Saint-Germain-des-Près. 

 

Bienvenue en Touraine

Bords de Loire

Ce semestre, excursion dans le Val de Loire – direction la cité gourmande de Tours. Inscrite au cœur d’un paysage classé au Patrimoine mondial de l’Unesco, Tours est la ville du bien vivre, du bien manger et du bien déguster. Le VWPP avait à cœur de s’y rendre avec les étudiants.

Partis à la découverte des merveilles gastronomiques tourangelles, ce fut l’occasion d’assister à la première édition édition du festival – Tours et ses Francos Gourmandes.  Toute la ville était sur son 31. Guinguette, valorisation des produits du Val de Loire, salon du livre gastronomique, village gourmand, animations œnologiques…

Ce festival étant couplé aux Journée du Patrimoine, balades en bateau sur la Loire, visites du Château de Tours, de sa cathédrale, de son opéra, de son centre historique… furent également au programme des festivités du jour.

Vue depuis la guinguette – située au centre ville de Tours

Nîme et Carcassonne par Andrew Ling

La semaine dernière, j’ai visité Nîmes et Carcassonne, deux villes historiques dans le sud de la France. Une ville importante de l’Empire Romain dans le premier siècle, Nîmes conserve encore une tour, un jardin, un temple et une arène. Ces bâtiments ont été construits basés sur les modèles idéaux à Rome, donc on peut voir un parallèle entre cette petite ville et la grande capitale de l’empire. Il est intéressant de voir une ville où les reliques anciennes et la transportation moderne coexistent, et il semble qu’une dichotomie entre le passé et le présent n’existe pas nécessairement dans cette petite ville. A côté de la ville, j’ai aussi visité le Pont du Gard, une des plus grandes architectures romaines du monde d’aujourd’hui. Créé dans le premier siècle pour démontrer la richesse de la ville, représenter une formidable entreprise politique de l’empire et approvisionner la ville en eau, le pont a été construit en plusieurs décennies et a symbolisé le longue durée processus que les humains essaient de conquérir et d’exploiter la nature, comme l’idée de Fernand Braudel sur le temps environnemental. Comment est-ce que les anciens humains comprenaient l’environnement et désignaient leur projet d’ingénierie? Le Pont du Gard, qui éprouve les changements dynamiques de la relation entre les humains et l’environnement dans environ 2000 ans, a une histoire environnementale qui est très intéressante. Un autre fait intéressant que j’ai découvert quand j’étais en visite, c’est que le pont a été détruit par les religieux et les moines bâtisseurs pendant le moyen âge. Il semble que l’histoire du pont ne concerne pas seulement l’environnement, mais aussi l’imagination politique des gens et leur reconstruction du passé. Il sera intéressant d’examiner la représentation du Pont du Gard et de comprendre les changements de l’idéologie politique.

Arènes de Nîmes – mars 2017

Pont du Gard – mars 2017

Pont du Gard – mars 2017

 

Après Nîmes, j’ai visité Carcassonne, un château militaire médiéval. La ville est très intéressante à cause de l’histoire de la croisade et du Catharisme, et la restauration est incroyable grâce au grand projet de reconstruction pendant le XIXe siècle. Quand Carcassonne était la frontière de la France, la ville a servi une fonction militaire très importante, qui n’existait plus aujourd’hui. Il est ironique qu’un lieu de défense militaire soit devenu un lieu très touristique aujourd’hui. J’ai aussi visité les quatre châteaux de Lastours, un des groupes des châteaux du pays cathare, et je trouve que leur histoire est très magnifique. Cathars, un des groupes qui étaient catégorisés comme le païen, vivaient dans les montagnes afin d’échapper à la persécution religieuse et de développer leur religion. Cette histoire me suis rappelé l’œuvre de Braduel La Méditerranée et le Monde Méditerranéen à l’Epoque de Philippe II, et Braduel pense que la montagne est une barricade naturelle à l’expansion religieuse et politique. En regardant ces châteaux sur les hautes montagnes et réfléchissant à comment Braudel pensait sur l’histoire, j’ai été stupéfié par la puissance de la nature et sa relation compliquée avec les humains. Je reviendrai peut-être à l’avenir, pour réexaminer cette imagination historique et visiter les autres châteaux du pays cathare.

Ville de Carcassonne – mars 2017

Remparts de la ville de Carcassonne – mars 2017

Pays cathare & Châteaux de Lastours – mars 2017

Andrew Ling – VWPP Printemps 2017 – Wesleyan’18

Escapade en Normandie

Fraîchement arrivés par le train de 10h à Rouen, direction les rues piétonnes du cœur historique de la cité normande avec sa magnifique Cathédrale. Puis, après avoir arpenté la cité normande, nous nous sommes restaurés dans une crêperie familiale et conviviale. Ensuite temps libre pour flâner à son rythme sur les quais de Seine et dans les rues ornées de maisons à colombages – si typiquement normandes. Corneille, Jeanne d’Arc n’ont dorénavant plus de secrets pour nos étudiants.

Rachel et Daniel

Un déjeuner chez Chartier

Après une jolie balade sous les arcades des passages couverts situés non loin des Grands Boulevard, direction “Chartier”- la brasserie la plus mythique de Paris!

Faire la queue dans la petite cour pour pouvoir entrer fait entièrement partie de l’expérience. En effet, aucune réservation est possible. Une fois introduits dans la salle, les tables affichent complet, les effluves de bonne cuisine française nous émoustillent. Des plats traditionnels tel que : œufs dur mayonnaise, poireaux vinaigrette, poulet fermier rôti, choucroute alsacienne, compote de pommes, baba au rhum chantilly … sont au menu du jour.

Sarah et Clara chez Chartier – dans le quartier des Grands Boulevards à Paris

Le serveur – jovial – griffonne à même la nappe blanche en papier notre commande : nos chers étudiants se sont montrés aventureux et certains ont essayé des plats “très terroirs” tels que des escargots en entrée ou encore des pieds de porc en plat.

Repus de ce bon repas, nous avons repris notre petite balade au cœur de Paris et nous avons entamé l’ascension de la butte de Montmartre afin de bénéficier d’une vue panoramique sur la ville depuis le parvis du Sacré Cœur.

Alix, Maya et Jamie sur la butte de Montmartre

Échanges linguistiques

Lors du semestre d’automne 2016, les étudiants du VWPP et les étudiants français ont réellement apprécié les échanges qui ont eu cours lors d’ un atelier d’échanges franco-anglais.

IMG_5844

Nous sommes ravies de constater qu’il en fut de même en ce début de semestre de Printemps 2017.

En effet, les étudiants du VWPP ont fait la connaissance d’adorables étudiants français à l’occasion de la fameuse Galette des Rois.Cela nous a aussi énormément fait plaisir de voir les étudiants français et du VWPP faire autant d’efforts pour parler anglais d’une part et français d’autre part ! Ils ont fait de chouettes rencontres et nous espérons sincèrement qu’ils vont rester en contact avec certains d’entre eux.

Merci encore pour ce beau moment que nous ont offert les étudiants. Merci pour votre participation et votre enthousiasme.

2017-01-25 19.10.37-12017-01-25 19.10.04

I wish I had known… par les étudiants d’Automne 2016

* that Paris is at your disposal. So enjoy it while you can !

080916 (1)

Devant le Panthéon sur la Place des Grands Hommes à Paris

* that there are some really cool places/things to visit/see just a short metro ride outside the city too !

 

* how difficult it would to reach fluency. Although I’ve improved a lot throughout this semester, I did feel discouraged at several points because I was unable to meet my own unrealistic expectations. It was helpful to remember that becoming a fluent French speaker is a long and gradual process, and that each step forward (no matter how small) should be celebrated !

How easy it would be to not meet any French people (especially those our age) if we don’t make an active effort to do so !

 

* to book later flight home so I could have more time in Paris after finishing finals !!

 

* to take to French people incessantly (and just keep telling yourself it’s for language learning purposes soi it feels less weird) otherwise your French MIGHT NOT EVEN GET ANY BETTER !!! Quelle horreur c’est pour ça qu’on est ici quand même !!! PROFITES !

 

* to organize better. There is so much to see and do, that even at the very last minute I saw some thing new. Be prepare to try new things. They will arrive no matter what you should prepare though, especially skills. Keep a journal and write in it everyday. Depending if its for theraputric reasons or just for fun, choose the language you use wisely. If you need to do something in English, use the journal. However other than that try o speak French at all times. Watch and listen and read things in French.

 

* that I should put myself out there and try to make friends with as many as many French people as possible.

 

* that if you want to do activities with your host family you have to make it happen !

IMG_0117

Devant le Palais Galliera à Paris

 

Belle et douce Provence

Du 20 au 22 janvier, nous étions à Aix-en-Provence accompagnés de Néna Kraguly, notre professeur d’histoire de l’art. Nous sommes partis sur les traces de Paul Cézanne et à la découverte de la région où notre directrice est née et a grandi. Au programme: visite d’un domaine où se mêlent art contemporain et vignobles, visite guidée d’une distillerie de lavande, dîner en ville, marché provençal, etc. Et bien entendu, temps libre pour profiter de la ville et de ses environs !!

Jour 1 !

13h : Arrivée à Le Puy Sainte Réparade, petit village où se trouve le domaine La Coste. Nous nous sommes promenés à travers collines, champs d’oliviers et vignes et nous avons découvert les œuvres d’art et installations contemporaines d’artistes tels que : Tadao Ando, Louise Bourgeois, Hiroshi Sugimoto,  grâce au précieux éclairage d’historienne de l’art de notre chère Néna !

2017-01-20 13.32.51Aix_17 (8)

16h : Arrivée à Apt, petit village où se trouve la distillerie de lavande Les Agnels . La cinquième génération de la famille Agnel nous a fait partagé son quotidien en assistant à une distillation traditionnelle de lavande.

IMG_3042IMG_3044Aix_17 (15)

Jour 2 !

Dans la matinée, balade au travers d’Aix et de ses marchés pour se rendre à l’Atelier Cézanne.

Aix_17 (31)IMG_3067

Puis visite conférence animée par notre chère Néna de l’Atelier de Cézanne suivie d’un temps libre afin d’apprécier la douceur de vivre d’Aix-en-Provence et le bouillonnement de la trépidante voisine … Marseille.

IMG_3086

Jour 3!

Dernier temps libre pour profiter d’Aix-en-Provence et de ses multiples trésors – musées, marchés, fontaines, madones nichées sur les façades des maisons, petites rues piétonnes…

   Puis retour à Paris! À bientôt Aix !